[NOUVEAU] Le Money Walkie

PRÉCOMMANDE | DISPONIBILITÉ MI-JUILLET 2021

Le porte-monnaie sans contact de la famille

Confiez de l’argent à vos enfants en toute sécurité et accompagnez-les dans leurs premières dépenses. Associé à une application que vous gérez, le Walkie leur permet de payer en sans contact chez leurs commerçants préférés.

Sécurisé, pratique, et pédagogique !

Vous ne pourrez bientôt plus vous en passer…

Un Walkie très mignon

Vos enfants peuvent effectuer les petites dépenses du quotidien en sans contact en toute autonomie. Un petit objet pensé et développé pour tenir parfaitement dans la main d’un enfant.

L’accès à une application reliée

(Super) simple d’utilisation, en un clin d’œil vous pouvez suivre les dépenses, recharger le Walkie et le bloquer si nécessaire. C’est vous qui choisissez et c’est depuis votre appli que vous pouvez tout gérer !

Un objet idéal pour les enfants

Éducatif et pédagogique, il aide les enfants à donner du sens aux dépenses. Un goûter à la sortie du collège ? Un cadeau pour Maman ? Une sortie ciné entre copains ? C’est le Walkie qui régale. 😉

Une solution ultra pratique pour les parents

Pas de liquide sur vous pour donner à vos enfants pour le déjeuner ? Avec Money Walkie rechargez directement le Walkie avec l’application pour payer le sandwich d’aujourd’hui et le goûter de demain.

Le petit + que les parents adorent

Un anniversaire qui approche ? Une petite emplette à faire pour les grands-parents ? La fête des mères dans deux semaines ? Vos proches peuvent aussi recharger le Walkie ! Oncles, tantes et grands-parents, en un clic.

Nos conseils d’entretien

Ahh, vous avez eu peur ! Non, c’est une blague, il y a déjà assez à faire avec les machines à la maison ! La mise en fonctionnement est hyper rapide (3 minutes montre en main), et c’est terminé !

Jean de La Fontaine – Fables

Édition de Jean-Pierre Collinet. Préface d’Yves Le Pestipon. Illustrations de Grandville

Au printemps de 1671, Mme de Sévigné et La Rochefoucauld apprennent par cœur « Le Singe et le Chat ». La Fontaine a presque cinquante ans ; la gloire lui est désormais acquise. Aujourd’hui, La Fontaine a quatre cents ans, et l’on en oublierait presque ce que sa gloire, décuplée par les siècles, a de surprenant.
Né en 1621, longtemps « garçon de belles lettres », La Fontaine s’est d’abord contenté de vivre — « Ne point errer est au-dessus de mes forces » — , et de lire. Malherbe et les Anciens, Rabelais et Marot aussi. Il attendra le milieu du Grand Siècle pour commencer à écrire. À la chute de Fouquet (1661), son protecteur, il n’a presque rien publié. Mais bientôt viennent les Contes licencieux et surtout, à partir de 1668, les Fables choisies mises en vers. Le dessein était apparemment modeste : prélever des fables dans un vaste fonds, essentiellement antique (Ésope et Phèdre) pour les offrir au public français. Or, si l’épopée et la tragédie n’étaient pas dénuées de prestige, si le roman même permettait de se forger une réputation, traduire et mettre en vers des fables n’était assurément pas le plus court chemin vers l’immortalité littéraire.
La Fontaine est du côté des Anciens. Pourtant en quête « du nouveau », il revendique une imitation « sans esclavage », et, se gardant de toute affectation, invente un art d’une évidence (apparemment) naturelle : le travail semble invisible dans les Fables (il est vrai qu’aucun brouillon ne nous en est parvenu). Le secret de leur modernité ? Peut-être la pensée mobile du monde qui s’y déploie. Plutôt que d’imposer ses vues sur la nature humaine à la façon d’un moraliste, La Fontaine propose « une ample comédie à cent actes divers », ou encore un « tableau où chacun de nous se trouve dépeint ». La sagesse à l’œuvre dans les Fables n’est pas le produit de quelque transcendance: elle se déduit des dialogues, des actions et des passions des personnages, placés parmi les choses terrestres. De là sans doute une fascinante et inépuisable profondeur. « Non seulement il a inventé le genre de poésie où il s’est appliqué, mais il l’a porté à sa dernière perfection », dira de lui Charles Perrault, qui notait — et le constat demeure valable — combien les Fables plaisaient à tout le monde, tant aux « enjoués » qu’aux « sérieux », tant aux vieillards qu’aux enfants.
Le texte intégral des Fables est ici accompagné d’illustrations de Grandville. C’est la première fois que se trouvent ainsi réunies toutes ses gravures (une par fable) publiées en 1837 et 1840, et une importante sélection de ses dessins, qui nous plongent dans l’atelier de l’artiste.
Ses essais, tâtonnements et repentirs dévoilent le jeu entre représentation animale et représentation humaine des personnages. Baudelaire disait de Grandville qu’il l’effrayait plus qu’il ne le divertissait. Effrayante parfois, c’est vrai, drolatique souvent, pétrie de ses fantasmes et de ses hantises, la mise en image des Fables de La Fontaine par Grandville constitue un chef-d’œuvre de l’illustration.

Prix public TTC 49.90€ jusqu’au 30.09.2021
Titre FABLES
Auteur JEAN DE LA FONTAINE
ISBN 9782072939983
Editeur BIBLIOTHEQUE DE LA PLEIADE

Le miel et l’amertume – Tahar Ben Jelloun

Tanger, au début des années 2000. Un pédophile abuse de jeunes filles en leur faisant miroiter la publication de leurs poèmes dans son journal. Il agit en toute impunité, sans éveiller le moindre soupçon.
Ce roman raconte l’histoire d’une de ses victimes, Samia, une jeune fille de seize ans. Elle ne se confie pas à ses parents, mais consigne tout dans son journal intime, qu’ils découvriront bien après son suicide.
À partir de cette tragédie, les parents de Samia basculent dans un désordre qui révélera leurs lâchetés et leurs travers. Le père, homme intègre, rejoint la cohorte des corrompus. Ensemble, ils s’abîment dans une détestation mutuelle aussi profonde que leur chagrin.
La lumière viendra d’un jeune immigré africain, Viad. Avec douceur et bienveillance, il prendra soin de ce couple moribond. Viad panse les plaies et ramène le souffle de la vie dans la maison. Le pauvre n’est pas celui qu’on croit. Et le miel peut alors venir adoucir l’amertume de ceux qui ont été floués par le destin.

Prix public TTC 20.00€
Titre LE MIEL ET L’AMERTUME
Auteur TAHAR BEN JELLOUN
ISBN 9782072928864
Editeur GALLIMARD

Graham Swift – Le grand jeu

Un vent de magie souffle sur la jetée de Brighton au cœur de l’été 1959. C’est dans le théâtre de cette station balnéaire anglaise que se produisent chaque soir Jack Robbins, Ronnie Deane et Evie White. Cet époustouflant trio offre aux vacanciers du bord de mer un spectacle de variétés à nul autre pareil. Sur les planches, ils deviennent Jack Robinson, malicieux maître de cérémonie, Pablo le Magnifique, magicien hors pair, et Eve, sublime assistante au costume étincelant. Le succès ne se fait pas attendre et leur numéro se retrouve bientôt en haut de l’affiche. Le charme n’opère d’ailleurs pas uniquement sur scène : au fil de l’été, les deux amis succomberont l’un et l’autre à celui, irrésistible, d’Evie. Au risque de tout perdre.
Avec délicatesse et maestria, Le grand jeu nous plonge dans les coulisses des spectacles de magie et redonne vie à une époque disparue. Graham Swift révèle une fois de plus son talent de conteur et livre une bouleversante histoire d’amour, de famille et de mystère.

Prix public TTC 18.00€
Titre LE GRAND JEU
Auteur GRAHAM SWIFT
ISBN 9782072870873
Editeur GALLIMARD

L’ami arménien – Andreï Makine

A travers l’histoire d’une amitié adolescente, Makine révèle dans ce véritable bijou de littérature classique un épisode inoubliable de sa jeunesse.
Le narrateur, treize ans, vit dans un orphelinat de Sibérie à l’époque de l’empire soviétique finissant. Dans la cour de l’école, il prend la défense de Vardan, un adolescent que sa pureté, sa maturité et sa fragilité désignent aux brutes comme bouc-émissaire idéal. Il raccompagne chez lui son ami, dans le quartier dit du « Bout du diable » peuplé d’anciens prisonniers, d’aventuriers fourbus, de déracinés égarés «qui n’ont pour biographie que la géographie de leurs errances. »
Il est accueilli là par une petite communauté de familles arméniennes venues soulager le sort de leurs proches transférés et emprisonnés en ce lieu, à 5 000 kilomètres de leur Caucase natal, en attente de jugement pour « subversion séparatiste et complot anti-soviétique » parce qu’ils avaient créé une organisation clandestine se battant pour l’indépendance de l’Arménie.
De magnifiques figures se détachent de ce petit « royaume d’Arménie » miniature : la mère de Vardan, Chamiram ; la sœur de Vardan, Gulizar, belle comme une princesse du Caucase qui enflamme tous les cœurs mais ne vit que dans la dévotion à son mari emprisonné ; Sarven, le vieux sage de la communauté…
Un adolescent ramassant sur une voie de chemin de fer une vieille prostituée avinée qu’il protège avec délicatesse, une brute déportée couvant au camp un oiseau blessé qui finira par s’envoler au-dessus des barbelés : autant d’hommages à ces « copeaux humains, vies sacrifiées sous la hache des faiseurs de l’Histoire. »
Le narrateur, garde du corps de Vardan, devient le sentinelle de sa vie menacée, car l’adolescent souffre de la « maladie arménienne » qui menace de l’emporter, et voilà que de proche en proche, le narrateur se trouve à son tour menacé et incarcéré, quand le creusement d’un tunnel pour une chasse au trésor, qu’il prenait pour un jeu d’enfants, est soupçonné par le régime d’être une participation active à une tentative d’évasion…
Ce magnifique roman convoque une double nostalgie : celle de cette petite communauté arménienne pour son pays natal, et celle de l’auteur pour son ami disparu lorsqu’il revient en épilogue du livre, des décennies plus tard, exhumer les vestiges du passé dans cette grande ville sibérienne aux quartiers miséreux qui abritaient, derrière leurs remparts, l’antichambre des camps.

Prix public TTC 18.00€
Titre L’AMI ARMÉNIEN
Auteur ANDREÏ MAKINE
ISBN 9782246826576
Editeur GRASSET

Hédi Kaddour – La nuit des orateurs

Que peut-on dire, que peut-on faire sous la tyrannie ? Il est sénateur et avocat, il s’appelle Publius Cornelius, il a pour surnom Tacite. Autour de lui les gens tombent. Il n’est pas encore écrivain mais seule la littérature pourrait être à la hauteur des événements qu’il traverse. Sa femme, Lucretia, décide de se rendre au palais impérial pour plaider la clémence auprès d’un souverain qui tue comme on éternue. La scène est à Rome, au premier siècle, sous le règne de Domitien.

Prix public TTC 21.00€
Titre LA NUIT DES ORATEURS
Auteur HEDI KADDOUR
ISBN 9782072900891
Editeur GALLIMARD

Ces orages-là – Sandrine Collette

Le plus dur n’était pas de partir. Le plus dur serait après. Maintenant.

Clémence a trente ans lorsque, mue par l’énergie du désespoir, elle parvient à s’extraire d’une relation toxique. Trois ans pendant lesquels elle a couru après l’amour vrai, trois ans pendant lesquels elle n’a cessé de s’éteindre.
Aujourd’hui, elle vit recluse, sans amis, sans famille, sans travail, dans une petite maison fissurée dont le jardin s’apparente à une jungle.
Comment faire pour ne pas tomber et résister minute après minute à la tentation de faire marche arrière  ?

Sandrine Collette nous offre un roman viscéral sur l’obsession, servi par l’écriture brute et tendue qui la distingue.

« Après le succès colossal de Et toujours les Forêts, un portrait de femme vibrant, haletant, très réussi. » Augustin Trapenard –Boomerang, France Inter

« Foudroyant d’intensité et d’émotion ! » Bernard Lehut –Les livres ont la parole, RTL

« Sandrine Collette est un écrivain qui ne lâche jamais sa proie, et sa proie, c’est le lecteur. » Le Figaro

Prix public TTC 20.00€
Titre CES ORAGES-LA
Auteur SANDRINE COLLETTE
ISBN 9782709668521
Editeur JC LATTES

L’ANOMALIE – Hervé Le Tellier -Prix Goncourt 2020-

En juin 2021, un long-courrier débarque à New York après de fortes turbulences. A son bord se trouvent des centaines d’hommes et de femmes dont un tueur à gages, un chanteur nigérian, une brillante avocate et un écrivain confidentiel soudain devenu culte.

Prix public TTC 20€–
Titre –L’anomalie–
Auteur —M.Hervé Le Tellier—
ISBN –9782072895098—
Editeur –GALLIMARD–

THOMAS SNÉGAROFF – PUTZI

Il mesurait deux mètres, mais on le surnommait Putzi, «petit bonhomme». Marchand d’art dans le New York bohème des années 1910, musicien à ses heures, Ernst Hanfstaengl devint dix ans plus tard le confident et le pianiste d’Hitler.

Cet excentrique, jalousé par les nazis, était fasciné par leur chef, à qui il offrit de l’argent, une famille, et des airs de Wagner à toute heure du jour et de la nuit. Il rêvait d’honneurs et d’une alliance entre l’Allemagne et les États-Unis, ses deux patries. Nommé responsable de la presse étrangère du Reich en 1933, il crut en son destin. Il n’obtint que la disgrâce. Son incroyable exil le conduisit jusqu’à Roosevelt, qui pendant la Seconde Guerre mondiale fit de lui son principal informateur sur le Führer.

Pour les uns il fut un traître ou un bouffon sans conséquence, pour les autres, l’un des artisans du mal. Son histoire tragique, burlesque, nimbée de mystère, est celle d’un héros de roman. Le roman d’un siècle de splendeur et de désastre, où l’on croise Goebbels, Goring et les sœurs Mitford, mais aussi Thomas Mann, Carl Jung ou encore Romy Schneider.

Prix public TTC 22.00€
Titre PUTZI
Auteur THOMAS SNÉGAROFF
ISBN 9782072904141
Editeur GALLIMARD

Les cartes des Mers

Cartes des mers : du Moyen Age au XIXe siècle

L’histoire des cartes et des atlas nautiques depuis les premiers exemplaires connus, à l’aube du Moyen Age, jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les auteures expliquent comment ces documents étaient créés, détaillent les techniques qui permettaient de cartographier les mers et leurs rivages ou encore présentent l’utilisation que les marins en faisaient pour préparer leurs expéditions et naviguer.
Prix public TTC 35,00€
Titre CARTES DES MERS
Auteur Katherine Parker, Barry Ruderman traduit de l’anglais par Sylvie Lagorce
ISBN 9782810430000
Editeur HEREDIUM